indicateurs-urbains

 

iccasulogo

Emission Le Citadin

Emission Le Citadin

Webmail-MINHDU

Intranet (Personnel)

Accès aux logements : la brique H-2H sous les feux des projecteurs au Ministère de l’Habitat et du Développement Urbain PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Cellule de la Communication   
Vendredi, 03 Novembre 2017 15:41

La gamme des matériaux locaux utilisables dans la construction des bâtiments dans notre pays va bientôt s’enrichir de l’entrée la brique innovante et économique H-2H. Celle-ci a été présentée le jeudi 19 octobre 2017 à Olembé, par son inventeur, l’architecte, urbaniste et aménageur du territoire, le Malien Traoré Gaoussou. C’était sur le site de construction des logements sociaux du Programme Chinois inclus dans le Programme gouvernemental, à l’occasion d’une cérémonie présidée par le Ministre de l’Habitat et du Développement Urbain, Jean Claude Mbwentchou. En présence, entre autres du Sous-Préfet de l’Arrondissement de Yaoundé 1er et de M. Justin Eya’an, Président de l’ADESA (Association pour le Développement Economique et Social de l’Afrique), basée en France et par l’entregent de laquelle M. Traoré est arrivé au Cameroun.

Cette cérémonie se situait en droite ligne du protocole d’accord signé en 2012 entre l’ADESA et le Ministère de l’Habitat et du Développement Urbain (MINHDU), et qui avait permis la mise à disposition de ladite association par ce dernier, d’une parcelle de 7 ha. Ce protocole d’accord avait été précédé en 2009 d’un autre entre l’ADESA et le Ministère de l’Habitat et du Développement Urbain.

Présentant les avantages de la brique H-2H, Jean Claude Mbwentchou a révélé entre autres, que non seulement elle coûte 40% moins cher que la brique classique( 180 à 200 FCFA contre 300 FCFA), mais elle est moins volumineuse, utilise de la terre et de la paille à la place du mortier et n’a pas besoin de liant ou joint. Toutefois, a précisé le Ministre de l’Habitat et du Développement Urbain, malgré le fait que cette brique soit une innovation et ait reçu un brevet de l’OAPI (Organisation Africaine de la Propriété Intellectuelle) et l’OMPI( Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle), trois étapes restent à franchir avant sa vulgarisation. Il s’agit de la normalisation par l’Agence des Normes et de la Qualité ( ANOR) et le Ministère en charge de l’Industrie, ainsi que son appropriation par les administrations publiques.

 

Mise à jour le Vendredi, 03 Novembre 2017 15:45
 

Videothèque

Usagers

Vente des logements

logementsocio-2015

Sondage

Parmi les problèmes suivants, lequel vous préoccupe prioritairement
 

Fil RSS

Statistiques

Pages vues : 2675597