Amélioration des quartiers précaires : le Cameroun prêt pour la phase 4 du PPAB PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Cellule de la Communication   
Mercredi, 03 Avril 2019 14:57

pabb-palais-des-congresLes Partenaires techniques et financiers conviés à la table ronde relative au financement de la Phase 4 du Programme Participatif d'Amélioration des Bidonvilles (PPAB) ont répondu présents à l'appel du Ministère de l'Habitat et du Développement Urbain et se sont retrouvés ce mardi 2 avril 2019 à l'Hôtel Mont Fébé de Yaoundé. L'on notait la présence entre autres, de la représentante de l'Ambassadeur Chef de la Délégation de l'Union Européenne, du Chef de l'Unité PPAB à ONU Habitat, du représentant de la Banque Africaine de Développement et des Directeurs Généraux du Crédit Foncier du Cameroun et du FEICOM. La Coordinatrice du Programme de Développement des Villes Inclusives et Résilientes (PDVIR) portait la voix de la Banque Mondiale, qui assure le financement duit Programme. Pour cette phase 4 qui pourrait cibler 7 à 10 villes camerounaises, le montant de la rondelette somme à mobiliser se situe entre 30 et 50 millions d'euros. Les travaux de cette table ronde étaient présidés par Célestine Ketcha Courtès, Ministre de l'Habitat et du Développement Urbain, qui avait à ses côtés Marie Rose Dibong, Secrétaire d'Etat en charge de l'Habitat.

« Je confirme que le Cameroun est prêt pour la phase 4 du PPAB, tant au niveau des villes du PPAB, que des autres villes du pays », a annoncé Mme Courtès. Avant de révéler que non seulement « la stratégie nationale d'amélioration des quartiers précaires fait ressortir une première estimation des besoins financiers s'élevant à 2450 milliards FCFA pour l'intervention sur 1700 ha de quartiers précaires », mais le Cameroun a depuis 2010, mobilisé plus de 2350 000 euros à travers les fonds propres de l'Etat, pour l'amélioration des quartiers précaires.

 

Le Programme Participatif d'Amélioration des Bidonvilles, lancé depuis 2010, est mis en œuvre dans trois localités camerounaises. Il s'agit notamment de la zone de Nkolbikok à Yaoundé 6 sous co-financement (530 millions fcfa) de la Commission Européenne et du Cameroun; du quartier Afan Mabe à Kribi 2, sous financement (50 millions CFA) du FEICOM et de Sisia Quarter à Bamenda3, avec un financement (50millions CFA) du MINHDU.

Parmi les recommandations ayant sanctionné les travaux, figurent le positionnement du Cameroun comme champion sous-régional en matière d'amélioration des bidonvilles et de développement urbain durable ; l'institutionnalisation de l'initiative ''Villes propres'' à l'échelle nationale ; l'institution d'un cadre de concertation entre le MINHDU, le MINDCAF et le MINDDEVEL pour l'optimisation de l'action en matière de gestion urbaine, notamment sur la gestion du foncier. En bonne place aussi le renouvellement de la ligne de crédit ouverte au Crédit Foncier du Cameroun en collaboration avec le FEICOM et les CVUC pour le financement des opérations d'aménagement fonciers à mener par les Collectivités Territoriales Décentralisées ; la mise en cohérence d'une vision stratégique partagée des Partenaires Techniques et Financiers d'une part , et entre eux et le Gouvernement d'autre part, autour de la question de développement urbain et des projets/programmes qui en découlent.

Mise à jour le Mercredi, 03 Avril 2019 18:16
 

Videothèque

Usagers

Vente des logements

logementsocio-2015

Sondage

Parmi les problèmes suivants, lequel vous préoccupe prioritairement
 

Fil RSS

Statistiques

Pages vues : 2654803